Et si c'était vous ?

Ali et Nadia voudraient changer leur vieux chauffage pour une chaudière à condensation et poser enfin du double vitrage.

  • Le projet d’Ali et de Nadia

     

    Ali et Nadia vivent en couple avec un enfant. Ils ont décidé il y a 3 ans de devenir propriétaires d’un appartement en Savoie. Pour économiser sur leur facture d‘énergie, ils souhaitent rénover leur logement. Ils envisagent de faire installer une chaudière à condensation et poser des fenêtres double vitrage.

    Le coût des travaux est estimé à 10 700 euros.

    Comment vont-ils financer leurs travaux ?

    Ali et Nadia vont notamment pouvoir bénéficier de la nouvelle prime à 1350 €. Les aides publiques représenteront au total 4 155 euros, soit près de 39 % du montant de leurs travaux. Il restera à leur charge 6 545 euros, qui pourront être financés par un emprunt bancaire d’une durée de 10 ans.

    Les économies attendues

    Et dès la première année après les travaux, Ali et Nadia pourront voir leur facture de chauffage et d’eau chaude baisser d’environ 35 %.

     


    Tous les chiffres sont donnés à titre indicatif : ils varient, en fonction du lieu, de la nature des travaux réalisés, de la composition des ménages et des types de financement. Les économies d’énergie dépendent du comportement de chacun, avant comme après les travaux.

77% d’économies sur la facture de chauffage et d’eau chaude d’Adélaïde

  • Le projet d’Adélaïde

    Adélaïde est propriétaire d’une maison en Bourgogne héritée de ses grands-parents. Avec 17 500 euros de revenus par an, cette célibataire de 27 ans aurait bien besoin d’économiser sur sa facture de chauffage. Elle envisage d’isoler les combles, de remplacer des fenêtres et d’installer une pompe à chaleur.

    Le coût de ces travaux est estimé à 24 000 euros.

    Comment va-t-elle financer ses travaux ?

    Les aides publiques directes, représentent un montant de 14 500 euros, dont plus de 10 000 € de l’ANAH. C’est 60% du montant des travaux. Il reste 9 500 euros à sa charge, qui peuvent être financés par un éco-prêt à taux zéro d’une durée de 15 ans, ce qui représente une aide supplémentaire de l’Etat d’un montant de 1 900 euros et 53 euros de remboursement par mois.

    Les économies attendues

    Pour Adélaïde, l’économie sur les factures de chauffage et d’eau chaude peut atteindre 77% l’année qui suit les travaux.

     


    Tous les chiffres sont donnés à titre indicatif : ils varient, en fonction du lieu, de la nature des travaux réalisés, de la composition des ménages et des types de financement. Les économies d’énergie dépendent du comportement de chacun, avant comme après les travaux.

Eric et Sarah recevront 8 000€ d’aides publiques

  • Le projet d’Eric et de Sarah

    Eric et Sarah ont deux enfants et leur revenu annuel est de 45 000 €. Ils ont acheté leur maison il y a quelques années et se disent qu’ils pourraient gagner en confort et en pouvoir d’achat en changeant de chaudière et en isolant les combles.

    Le coût des travaux est estimé à 23 000 euros.

    Comment vont-ils financer leurs travaux ?

    Les aides publiques représentent au total 8 000€, soit 34% de ce montant : ils peuvent en effet bénéficier de la nouvelle prime à 1 350€ qui complète les 6 650€ d’aides déjà existantes. Il reste à leur charge 15 000 euros, qui peuvent être financés par un emprunt bancaire d’une durée de 10 ans, soit un remboursement de 161 euros par mois.

    Les économies attendues

    L’économie qu’ils espèrent sur la facture d’énergie est de plus de 800€ dès la première année suivant les travaux.

     


    Tous les chiffres sont donnés à titre indicatif : ils varient, en fonction du lieu, de la nature des travaux réalisés, de la composition des ménages et des types de financement. Les économies d’énergie dépendent du comportement de chacun, avant comme après les travaux.

Philippe, propriétaire célibataire, envisage des travaux dans l’appartement qu’il loue.

  • Le projet de Philippe

    Philippe est propriétaire d’un appartement dans les Yvelines, qu’il a mis en location. Son revenu annuel s’élève à 28 000 euros. Le bail de ses locataires arrivant à son terme, il aimerait en profiter pour faire quelques travaux de rénovation énergétique et améliorer ainsi la valeur de son bien par l’installation d’une chaudière à condensation, la pose d’un double vitrage et l’isolation du plafond (l’appartement est situé au dernier étage).

    Le coût des travaux est estimé à 15 600 euros.

    Comment va-t-il financer ses travaux ?

    Les aides publiques directes représentent un montant de 1 600 euros, soit 10% du montant des travaux. Avec l’éco-prêt à taux zéro, il économise 2 800€ supplémentaires en empruntant sur 15 ans les 14 000 euros dont il a besoin.

     


    Tous les chiffres sont donnés à titre indicatif : ils varient, en fonction du lieu, de la nature des travaux réalisés, de la composition des ménages et des types de financement. Les économies d’énergie dépendent du comportement de chacun, avant comme après les travaux.